1 décembre 2019

La légende raconte ceci :

En bordure du Sahara, dans la palmeraie, le mois d’août
touchait à sa fin. Bien que les chaleurs restaient étouffantes, les hommes
sortaient de bonne heure le matin, marchaient, inspectaient avec attention les
dattiers.

Dans le village le plus pauvre de la palmeraie, arriva alors
le moment tant attendu, celui propice à la récolte des dattes. En cette saison
particulièrement généreuse, la tradition veut que les dattes tombées au sol
puissent être recueillies par tous.

Ainsi, dès les premiers jours, les hommes, les femmes, les
enfants des modestes familles venaient et ramassaient, parfois seulement
quelques dattes, parfois quelques poignées. Tantôt pour les conserver, tantôt
pour les déguster sur place ou encore pour les offrir à leurs hôtes, ces fruits
délicats accompagnant merveilleusement le thé de l’après-midi. Tous se
réjouissaient et profitaient de cette délicieuse gourmandise.

Les jours passaient. Les villageois se retrouvaient tour à
tour sous les palmiers, tous à l’exception d’un, le plus pauvre d’entre eux.

Les hommes remarquèrent que leur ami ne s’était pas déplacé
et s’en inquiétèrent. Ils allèrent immédiatement frapper à sa porte.

Etonnés par le fait qu’il leur ouvrit, souriant comme à l’accoutumée,
ils se regardèrent intrigués. Alors, après l’avoir largement salué, le plus âgé
demanda :

« Mon frère, tu sais que les fruits des palmiers sont mûrs. Tu sais aussi que nous pouvons bénéficier de quelques-uns d’entre eux, ceux que l’arbre n’a pas gardé pour ses propriétaires. Pourquoi ne t’avons-nous pas aperçu, là-bas, sous les dattiers ?

- Mes frères, leur répondit-il, d’une voie calme et apaisée, je vous remercie de vous soucier de moi. Il marqua une petite pause puis, dans un large sourire poursuivit. J’ai déjà en réserve le nécessaire pour les semaines à venir. »

Les habitants de la palmeraie gardent en mémoire, aujourd’hui encore, la réponse de cet homme sage.  

Palmiers Dattiers